Compteur visite

421787
Users Today : 195

COMPTEUR

421783
Users Today : 195

Translate:

janvier 27, 2023

Le Tout au Pluriel Magazine

Magazine Socio-Culturel

 » Note de dénonciation, relative à l’arrestation suivie emprisonnement de Me Robinson PIERRE LOUIS. »

2 min read

UNAPAHA, une organisation socioprofessionnelle œuvrant dans le domaine des droits humains et la lutte contre la corruption, sollicite la sagesse des autorités policières de respecter les droits de la personne généralement quelconque de la cadre de toute enquête judiciaire.

En effet, dans le cadre de l’affaire de Me Robinson Pierre Louis, avocat de son état, garder à vue au commissariat de Delmas 33 dans des conditions inhumaines. Le fait qu’il n’y a pas de flagrance, aucun mandat, aucune arrestation ne peut être effectuée. Et même s’il y a un mandat ou flagrance, il faut amener l’avocat par devant le conseil de l’ordre auquel il est attaché. A ce stade, les droits fondamentaux de l’avocat Robinson Pierre Louis sont bafoués purement et simplement.

Il s’agit alors d’une arrestation illégale et arbitraire. Donc, UNAPAHA condamne énergiquement cette arrestation et dénonce les autorités policières qui ne cessent de violer les droits fondamentaux de la personne humaine et particulièrement les droits de Me Robinson Pierre Louis.

Cependant, UNAPAHA entend dénoncer et comme de fait, elle dénonce avec rigueur tous les individus qui participent de près où de loin dans le trafic d’armes et des munitions illégales dans le pays. Où le pays est invivable, instable, précaire et fragile. Mais, UNAPAHA rappelle aux autorités policières qu’elles doivent agir selon la loi. Et dans le cas de Me Robinson, les autorités policières agissent en dehors de toutes procédures légales tracées par le décret du 29 mars 1979 sur la profession d’avocat. Il s’agit donc une forme de banalisation et vandalisation de la profession du droit et les institutions.

En revanche, quant à la forme, l’arrestation de Me Robinson suivie de son emprisonnement est tissée d’illégalitées et d’irrégularités. Par ce fait, qu’il devrait être mis en liberté provisoire par devant le Doyen. Mais quant au fond, il faut que qu’une enquête sérieuse soit effectuée sur les faits à lui reprochés afin qu’il soit blanchis définitivement de l’affaire.

Vive Haïti ! Vive un État de droit !

Me Jude THIMOGENE, av, coord. gl.
Me Eugène JANVIER, av, secrétaire gl.

Le 26 JUILLET 2022

La Rédaction de ltp !!!
harryesmichel344@gmail.com téléphone 50948438136

LE TOUT AU PLURIEL MAGAZINE NOUS SOMMES VOS YEUX ET VOS OREILLES…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Translate »