Compteur visite

398792
Users Today : 128

COMPTEUR

398788
Users Today : 128

Translate:

novembre 30, 2022

Le Tout au Pluriel Magazine

Magazine Socio-Culturel

Rosslin Mozart Louis, l’Haïtien qui a mis le Cap dans Black Panther 2

3 min read

La première attraction pour nous en Haïti, suite à la sortie de Black Panther 2 (Wakanda Forever), le 11 novembre dernier, a été le coucou à Haïti. Le créole haïtien, le tap tap de chez nous, la référence à Toussaint Louverture et la vue aérienne du Cap où des scènes se déroulent – même si elles n’y ont pas été tournées en réalité. Pour les prises par drone de la deuxième ville du pays, l’entreprise de production cinématographique Marvel a fait appel au photographe capois Rosslin Mozart Louis. Celui dont la caméra ne cesse de raconter son Cap-Haïtien.

La plus grande satisfaction de Rosslin Mozart Louis serait, pourrait-on penser, le fait d’avoir travaillé sur « Wakanda Forever », pour Marvel Studios, un film et une boîte mondialement réputés. Mais non. « Ça ne voulait encore rien dire pour moi avant que je ne réalise que ce n’étaient pas uniquement des prises de drone pour Black Panther 2. Je venais d’offrir ma ville, ma culture au monde entier. Je suis envahi d’émotions à chaque fois que je tombe sur une publication, un commentaire où un compatriote qui exprime sa fierté », raconte Rosslin Mozart Louis, au cours d’une entrevue accordée à Ticket.

Il est né et a grandi au Cap-Haïtien. N’allez pas croire que la passion de Rosslin Mozart Louis pour la photographie remonte à son enfance, comme c’est le cas pour la plupart des artistes. « Ce n’est qu’en 2012, après avoir reçu une caméra en cadeau de mon grand frère, que j’ai commencé à prendre des photos », confie-t-il. En ce qui a trait à une carrière professionnelle proprement dite, Louis s’est lancé pour de vrai à partir de sa participation à « Faces of Haiti Expo » en 2018, grâce à la qualité de ses travaux. « Je me suis dit, même si la photographie n’est pas une grande passion, je devais donner libre cours à ma créativité ».

« L’image du pays, du Cap en particulier, que je projetais, correspondait à ce que Marvel cherchait »

Une équipe haïtienne fait partie de la production Marvel. Rosslin Mozart Louis a été référé à celle-ci par une amie. « Ils ont été conquis par mon talent comme photographe. La façon dont je vendais Haïti et ma ville reflétait ce qu’ils cherchaient. Ils m’ont donc proposé une collaboration que j’ai acceptée », explique Louis. Cependant, le droniste, en acceptant de réaliser le travail, ignorait qu’il collaborait avec Marvel, encore moins que ses œuvres allaient figurer dans Wakanda Forever. « On m’a juste dit qu’une grande compagnie étrangère souhaitait avoir des prises du Cap-Haïtien par drone. Je n’ai su de quoi il s’agissait qu’après leur avoir fourni les travaux. Le directeur de photographie a trouvé le rendu ‘’parfait’’. Il m’a alors contacté pour me féliciter. Nous sommes donc tombés d’accord pour Black Panther 2 », retrace Rosslin Mozart Louis.

C’est ainsi que le natif du Cap a rendu fiers ses Kinan et chaque haïtien. « En tant que digne fils de la ville, j’ai toujours souhaité tout ce qu’il y a de mieux pour elle », avance Louis. Lui qui ne jure que par la promotion d’Haïti, de la Cité Christophienne, sous un angle autre que les multiples crises. Toutefois, ces dernières ont tendance à prendre le dessus. « Je garde en tête que derrière tous ces problèmes, les solutions sont au bout du tunnel. Cela requiert des responsables compétents et éclairés pour rétablir l’ordre », soutient Rosslin Mozart Louis. Il espère par là un climat propice qui permettra à d’autres jeunes de jouir des opportunités similaires à la sienne. « Les talents ne manquent pas en Haïti. Mais la situation est un obstacle majeur à leur épanouissement », constate le photographe qui exhorte les autorités à déblayer le chemin et à faciliter le parcours des professionnels vers le sommet.

Quant à Rosslin Mozart Louis, il continue de travailler sur ses projets personnels et donne la garantie que cette collaboration avec Marvel n’est pas la dernière du genre pour lui. « D’autres portes s’ouvriront », croit-il.

Via Ticket Mag

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Translate »